La Compagnie Française des Wagons-Buffets

1896-1916

 Mise à jour 24 octobre 2009 µ

 

En 1896, après avoir réalisé un essai sur la ligne Paris-Saint-Germain, Mrs Desouches frères, dont l'un est banquier et l'autre constructeur de matériel ferroviaire, créent la Compagnie des Wagons-Bars, située 4, rue de la Bienfaisance, Paris - une adresse de circonstance - dans le but d'assurer un service de bar sur les lignes de banlieue de la Compagnie des Chemins de Fer de l'Ouest.

 

En 1898, la compagnie change d'adresse et de raison sociale: La Compagnie Française des Wagons-Buffets sied désormais au 35, rue Joubert, Paris 9ème

En 1899, elle met en circulation une voiture-bar entre Paris et Fontainebleau, sur le réseau du P.L.M, ce qui provoque une réaction vive de la Société des Wagons-lits, qui avait passé une convention avec ce dernier pour la circulation de voitures-restaurants. La circulation de cette voiture étant organisée à la demande d'un particulier - un député allant aux courses hippiques -, le P.L.M maintient la circulation mais demande d'enlever le logo sur la voiture.

La compagnie assure donc uniquement son service sur les lignes de banlieue du réseau de l'Ouest: St Germain, Versailles Rive Droite, Argenteuil, La Garenne Bezons, Les Moulineaux, Auteuil, Sannois.

La C.F.W.B souhaite circuler sur les autres réseaux du Nord et de l'Est, mais essuie un refus.

En 1901, accusant des pertes financières sur les lignes d'Auteuil et des Moulineaux , elle transfère les wagons-bars de ces lignes vers celles récemment ouvertes de Mantes et Versailles rive Gauche, et exprime son souhait d'ajouter une voiture-buffet aux trains 15/38 entre Paris et Cherbourg et 77/78 entre Paris et Granville.
Informé, la Compagnie des Wagons-Lits proteste auprès de Mr Larminat, Directeur des chemins de fer de l'Ouest. L'autorisation n'est pas accordée.
En juillet de la même année, une demande de la compagnie adressée au Ministère des Travaux publics demandant l'autorisation de circulation entre Paris et Dieppe via Pontoise donne un résultat similaire.

La C.F.W.B est dans une situation très critique: La position ferme de la C.I.W.L à défendre ses conventions, le refus de pourparlers avec le P.L.M et le P.O, le rejet des propositions faites au Nord et à l'Est, associé à une diminution des recettes, la société court à la ruine.

En 1902, coup de théâtre: la Compagnie Internationale des Wagons-Lits achète la majorité des actions de la Compagnie des Voitures-Buffets. 3500 actions sur 4700 sont acquises par la C.I.W.L qui devient actionnaire majoritaire, et devient dorénavant son principal soutient.

La C.I.W.L adresse une lettre au Ministère des Travaux Publics, et donne son accord afin d'autoriser la circulation des voitures-buffets sur les lignes de l'Ouest et de l'Etat, sous réserve que les tarifs soient inférieurs à ceux pratiqués sur les trains de luxe.

Voiture buffet intégrée à un train de banlieue en gare de St Germain (coll. R.Arzul)


La C.F.W.B reprend l'exploitation des voitures-buffets de Bordeaux-Nantes, Nantes-Poitiers, Poitiers-Angers et Tours - Les Sables d'Olonnes, initialement exploités par la C.I.W.L. Elle obtient par la suite l'autorisation de la Compagnie de l'Est l'autorisation d'exploiter une voiture-buffet entre Laon et St-Dizier, sur l'express Dijon-Lille. Cette autorisation avait été accordée sous la condition "qu'un aménagement serait réalisé dans la voiture de façon à faire apparaître une différence de confort entre les salles de 1ère et 2ème classe, et celles de 3ème classe". Pour accentuer la différence entre les catégories, il convenait "de ne pas munir de nappes les tables de la salle de 3ème classe"...


wagon-bar de 2ème et 3ème classe à essieux

En 1905, La Compagnie de l'Ouest accorde à la C.F.W.B avec l'accord de la C.I.W.L quatre nouveaux services: Paris-Dieppe, Paris Caen, Rennes-Brest, Rennes - Le Mans. La C.F.W.B est donc amenée à modifier huit wagons-bars pour assurer ces services, puis de faire construire aux ateliers C.G.T. de St Denis quatre voitures-restaurants deux essieux n°34 à 37.

Voiture-bar intégrée au train rapide Paris - Brest

Ces voitures ne correspondent pas aux exigences de vitesse imposées , notamment sur le réseau de l'Est. Lorsque la C.F.W.B est sollicitée pour exploiter un service de restauration sur les lignes Bordeaux - Royan et Nantes - Pornic, elle est amenée à acquérir auprès de la C.I.W.L huit voitures-restaurants à bogies

Ces voitures ex- C.I.W.L n°186, 164, 199, 198, 177, 178, 745, 746 seront réimmatriculées 38 à 45. Les voitures 745 et 746 sont deux voitures ex Transatlantiques achetées par la C.I.W.L en 1900.

Voiture à bogie de la Compagnie Française des wagons buffets en gare de la Roche sur Yon

L'entrée en guerre en 1914 marque pour la Compagnie Française des voitures-buffets l'arrêt des circulations. Les Chemins de fer sont placés sous l'autorité militaire, qui suspend le service des voitures-buffet et des wagons-bars.

Quand le 12 avril 1915, la compagnie demande au Chemin de fer de l'Etat, le renouvellement de la convention, la réponse est que seul un renouvellement peut être accordé aux voitures-buffets, les wagons-bars ne pouvant être maintenus en raison de l'électrification prochaine des lignes de banlieue. Le 31 juillet 1915, la Compagnie répond qu'il lui est impossible d'assurer l'exploitation des seules voitures-buffets, si elle doit être privée des wagons-bars du service de banlieue, les recettes de ces derniers compensant les pertes subies par les voitures-buffets.

Le 31 juillet 1916, une assemblée générale votait pour la dissolution anticipée de la société, dont la liquidation eu lieu le 29 janvier 1920. La Compagnie Française des Wagons-Buffets disparaissait.


Table récapitulative des services des wagons-bars de la Compagnie:

ligne

période

Paris Saint Lazare - Saint-Germain

1896-1914

Paris Saint Lazare - Versaille Rive droite

1897-1914

Paris Saint Lazare - Argenteuil

1897-1914

Paris Saint Lazare - La Garenne

1898-1914

Paris Saint Lazare - Auteuil

1899-1902

Paris Saint Lazare - Sannois

1899-1900

Paris Saint Lazare - les Moulineaux

1899-1902

Paris Saint Lazare - Paris Invalides via les Moulineaux

1913-1914

Paris Montparnasse - Versaille Rive gauche

1902-1903

Paris Saint- Lazare - Mantes-Gassicourt

1902-1914

 

Table récapitulative des services des wagons-buffets de la compagnie:

ligne

période

Nantes - Bordeaux (2 services)

1902-1912

Nantes - Poitiers

1902-1914

Nantes - Pordic

1902-1910

Thouars - Les Sables d'Olonne

1902-1914

Bordeaux - Royan

1903-1912?

Nantes - Saintes (2 services)

1903-1910?

Laon - Saint-Dizier

1903-1914

Paris -Dieppe

1904-1914

Paris - Caen

1904-1914

Rennes - Le Mans

1904-1904

Rennes - Brest (2 services)

1904-1914

 


Pour en savoir plus sur cette compagnie:

Indépendant du Rail numéro 150. Roger Commault

plan de la voiture CIWL 186