Les machines de l'Ouest 1837-1908:

111 I 120 & 021 I 220 I 030 I 230 I 231 I 030 tender I 230 tender

 

  Les machines à deux essieux couplés du réseau de l'Ouest

 Mise à jour 30 decembre 2016 µ

 

Dans le but de remplacer les 111 dont l'adhérence commence à être insuffisante pour les rampes des lignes Le Mans-Brest et Caen-Cherbourg, le réseau de l'Ouest va mettre en service de nouvelles locomotives à deux essieux couplés.

Ces machines sont très présentes sur le réseau de l'Ouest pour les trains rapides, jusqu'à l'arrivée des 220.

Le train Paris-Le Havre poste remorqué par une 120 de l'Ouest (dessin Schefer)

Voici la liste non exhaustive des locomotives de ce type sur le réseau de l'Ouest


1837: La "Victorieuse" de Stephenson

Construite par Stephenson en 1843 pour le Chemin de fer de Versailles Rive gauche, la "Victorieuse" était en fait une machine conçue pour les trains de marchandises. Les 4 roues arrière de 1.39m de diamètre sont couplées.

 

 


1847: les locomotives 401 à 423

Ces machines de type 021 pour trains de voyageurs sont construites entre 1847 et 1850 par Buddicom pour la compagnie du Havre.

Elles recoivent une chaudière neuve vers 1885-1890.

 

Machine 409 avec chaudière reconstruite

Machine T410 de l'ex Cie du Havre

Elles seront immatriculées 021-011 à 026 à l'Etat et la dernière machine de cette série circule en 1922 (021-015).


1849: les locomotives 337 à 348

Ces machines de type 120 sont à l'origine construites pour la compagnie de l'Ouest.

Elles recoivent une chaudière neuve vers 1880.

Elles seront immatriculées 120-711 à 720 à l'Etat et cessent de circuler avant 1913.


1855: l'Aigle 261

Cette machine originale de la Compagnie de l'Ouest était particulièrement remarquable par ses roues de 2.85m!! C'est la recherche de vitesse qui a conduit ses concepteurs à utiliser des roues d'un si grand diamètre, à qui on prévoit un brillant avenir.

La locomotive "L'aigle" de 1855

L'Aigle participe ainsi à l'Exposition Universelle de 1855, qui se déroule au Palais de l'Industrie sur les Champs Elysées.

Toutefois, après des essais réalisés sur les lignes de Paris-Le Havre et Paris-Cherbourg, la machine n'est plus utilisée.

La chaudière de cette machine construite par Gouin comprenait deux corps cylindriques, situés chacun au dessus et au dessous des axes d'essieux.. Ces deux corps étaient reliés par deux tubes de gros diamètre, et l'ensemble était d'un entretien très difficile.

 


1855: les locomotives 201 à 240

Les 25 premières machines de cette série de type 021 sont à l'origine construite pour la compagnie de Caen, et le modèle est reconduit par la compagnie de l'Ouest entre 1859 et 1864.

Les machines recoivent vers 1876 une nouvelle chaudière de type Ouest avec un dôme "pot de moutarde" à l'avant

Machine 021-239 avec nouvelle chaudière (coll G.Bieri)

Elles seront intégrées à la série immatriculée 021-201 à 283 à l'Etat.


1855: les locomotives 281 à 311

Ces machines de type 021 sont à l'origine construites pour la compagnie de l'Ouest.

Les machines recoivent vers 1880 une nouvelle chaudière de type Ouest avec un dôme "pot de moutarde" à l'avant

Elles seront immatriculées 021-501 à 529 à l'Etat et cessent de circuler vers 1914.


1855: les locomotives 241 à 250

Ces machines de type 021 sont construites par les ateliers de la compagnie de l'Ouest entre 1855 et 1859.

Machine 021-250

Ces locomotives présentaient avec la chaudière d'origine quelques différences par rapport à la série 201 à 250, notamment au niveau de la boite de prise de vapeur et du conduit d'admission extérieur.

Elles seront intégrées à la série immatriculée 021-201 à 283 à l'Etat.

 


18XX: les locomotives 251 à 255

Ces 120 série 251 à 255 sont construites par Allard et Buddicom à Rouen. C'était les versions mixtes des fameuses 111 "Buddicom" à grande vitesse. Elles furent construites pour la Cie de Rouen et passèrent toute leur carrière en Normandie sur Rouen- le Havre, Pont- l'Evêque à Trouville, Lisieux à Pont- l'Evêque et Lison à Saint- Lô.

 

Machine 120-255

En 1883, ne figurait plus à l'effectif de la Cie de l'Ouest que la 255. Elle a été vendue en 1905 à un entrepreneur de Mérignac (33). Une autre machine de la série, la 253, a été vendue à une chambre de commerce d'un port normand. Elle existait encore en 1930.

informations L.Fournier


1857: les locomotives 369 à 380

Ces machines de type 120 possédaient des cylindres intérieurs et une distribution extérieure, selon une disposition inspirée des locomotives Polonceau du PO.

Machine 120-375 "Batilly"


1860: les locomotives 381 à 400

Ces machines de type 120 s'inspirent de la série 369 à 380

Elles seront immatriculées 120-731 à 748 à l'Etat.

  


1860 à 1875: les locomotives 744 à 897

Ces machines de type 120 sont identifiables par leurs longerons extérieurs aux roues, leur tablier droit, les cylindres intérieurs mais boites à vapeur extérieures.

 

Machine 120-842

Machine 778 série 744 à 897 (coll part)

 

A partir de 1875 et jusqu'en 1883, les machines les plus anciennes ont reçu une nouvelle chaudière.

Entre 1900 et 1910, les chaudières de l'ensemble de la série seront à nouveau remplacées par des chaudières à tube Serve et dome rond.

Machine 850 de la série Ouest 744 à 897 (coll G.Bieri)

 

Machine Ouest 120-868 au dépot de Chartres (coll Michel Saubrenat Auger)

 

Elles seront immatriculées 120-751 à 800 à l'Etat.


1877: les locomotives 707 à 743

Ces machines de type 120 mises en service en 1877 et 1878, s'inspirent des machines 744 à 897. L'entraxe des essieux a toutefois été agrandi et le foyer allongé passe au dessus de l'essieu arrière.

Elles seront immatriculées 120-751 à 800 à l'Etat et circulent jusqu'en 1929.

 

La 021-720 en bien facheuse posture!! (accident de la gare Montparnasse le 22 octobre 1895)

 

 


1881: les locomotives 636 à 706

Cette série de machines locomotives de type 120. est la plus importante puisqu'elle comporte 70 engins construits de 1881 à 1885.

Elles sont facilement identifiables: Longerons extérieurs aux roues, bielles d'accouplement et petit mouvement extérieur, absence de cylindre et de boite à vapeur à l'extérieur. Le tablier est plus bas au niveau de la boite à fumée.

Machine 681

Elles sont transformées vers 1910 en machine de type 220 puis immatriculées 220-201 à 271 et circulent jusqu'en 1933.

 

 voir diagramme dans la revue Générale des chemins de fer , octobre 1882


1884: La machine Web 901

Cette machine aux allures de 120 est trompeuse, car il s'agit en fait d'une machine dont les deux essieux moteurs n'étaient pas couplés, selon un modèle 1AA. Il s'agit aussi de la première machine compound à trois cylindres, le cylindre BP intérieur actionnait le premier essieu. Construites en 1884 par les ateliers du "London and North Western Railway", elle possédait des roues motrices de 2.20m.

Cette machine a servi à l'Ouest à tester le système compound alors naissant. Il semble que si des économies de charbon avaient été réalisées, les dépenses de graissage et les patinages aux démarrages avaient conduit l'Ouest à préférer la simple expansion sur ses premières 220. Le système compound ne reviendra donc à l'ouest que sur les 220 prototypes 501 et 502.

Elles sera réimmatriculée 500 par l'Ouest mais ne semble pas avoir été utilisée lors du rachat par l'Etat.

A noter que le PO acheta une machine similaire en 1878 mais à simple expansion qui circula jusqu'en 1921

 

voir plan 1/43 eme dans scrapbook n°17


1888: les locomotives 621 à 635

Ces locomotives de type 120 qui s'inspirent des séries précédentes ont un aspect très britanique, adoptant un véritable abri pour l'équipe de conduite.

120 Ouest 629

Une de ces machines performantes participe au concours organisé par le PLM en 1889 et atteint 132 km/h.

Elles sont transformées à partir de 1901 en machine de type 220 puis immatriculées 220-101 à 114 en 1909.

 

 


Reproduction en modelisme

Voir Loco-revue d'octobre 96 pour la reproduction de l'Aigle


Pour en savoir plus:

Diagramme de "La Victorieuse" Scrapbook numéro 12

La machine locomotive en France; par B.Escudié et JM.Combe, éditions CNRS ISBN 2-7297-0339

L'évolution du matériel moteur et roulant de l'Etat; L.M.Vilain; éditions Vincent Fréal et Cie; 1967.

La vie du rail n° 270 du 23 octobre 1950.

Articles sur l'Aigle: The locomotive magazine (15 julllet 1979) , The British Steam locomotive 1825-1925 (M. Ahrons), Rail magazine n95 mars 1985.