Les autorails des autres constructeurs

Mise à jour 20 septembre 2015 µ

 

En dehors de Bugatti, Michelin , Renault, l'Etat fera appel à d'autres constructeurs pour la construction des autorails du réseau.

 


1933/34: Les autorails Cie générale de Construction ZZ24601 à 24603 & ZZ 24604 à 24608

Ces autorails s'inspirent d'une construction allemande. 4 unités ont été achetées neuves à la Cie Générale de Construction, et les 4 autres unités cédées par le PLM.

 

Ces engins seront immatriculés X GC 10 0001 à 10 008 en 1938 .

C'est à cette époque que 4 unités ZZ 24601, 24603, 24604 ex Etat et le 24608 ex PLM seront affectées au service des messageries entre Toures-Sargé et Blois-Pont de Braye


1933: les autorails SOMUA

La firme SOMUA était une branche des établissements Schneider, chargés de développer la branche "poids lourds" de la firme.

En 1933, elle livre au réseau de l'Etat deux autorails articulés, constitués de deux caisses montées sur trois essieux. La partie motrice se distingue par les ouies d'aération situées au dessus des vitres.

Ils sont immatriculés ZZ 24009 et 24010, puis réimmatriculés ZZ 24701 et 24702 en 1934.

Autorail Somua en gare de Neufmarché.

 

A partir de 1935, le réseau installe sur le ZZ 24702 un système à gazogène à l'arrière de l'engin et un moteur Panhard. A cette occasion, l'arrière est prolongé.

Ces véhicules sont affectés à Rouen et assurent des liaisons Rouen- Louviers-Evreux, Rouen - Elbeuf, St Pierre du Vauvray - Les Andelys.


1934: les autorails ADN

Construits par les ateliers du Nord, ces autorails à bogies étaient équipés d'un seul moteur de 170CV.

Immatriculés ZZ24501 à 502, ils sont revendus au PLM.

 


1936: les autorails De Dietrich

Tandis qu'en 1933, Renault vient de livrer ses premiers autorails type TE et que Bugatti vient de faire l'essai de son premier autorail, la société De Dietrich propose un autorail très ferroviaire: un engin à bogies, équipé de deux moteurs diesel de 105CV, et d'une caisse aluminium. L'autorail sera testé tout d'abord sur le réseau d'Alsace Lorraine le 21 juillet 1933, et recevra un très bon accueil.

La société De Dietrich organise donc les 8 et 9 septembre un nouveau voyage de démonstration sur le réseau de l'Etat, entre Paris-Dreux et Bagnoles-de-l'Orne.

Le réseau de l'Etat se porte acquéreur en 1936 de 6 engins de 48 places assises, qui seront immatriculés ZZy 24811 à 24816. La puissance des moteurs a entre temps été portée à 320CV. Ils seront affectés à Rennes et effectueront le service vers Saint Brieuc, Saint Malo, Le Mans et Redon.

En 1937, le réseau reçoit une deuxième commande de 5 unités immatriculée ZZy 24817 à 24821. Si la puissance est identique aux précédents, la forme de la caisse est différente, avec une avant en pointe.

Cette série initialement basée à Rennes, sera affectée à Noisy le Sec en 1938 pour le service des trains spéciaux.

A noter que trois nouveaux autorails commandés par l'Etat en 1937 seront livrés après la création de la SNCF. Ces véhicules étaient équipés de construction d'un gazogène à charbon de bois.


1936: les autorails Lorraine

Trois autorails de cette société filliale de De Dietrich ont été livrés à l'Etat en 1936 et immatriculés y 24901 à 24903. Trois autres autorails du mème type seront achetés par le réseau de l'Est. d'une capacité de 50 places assises, ils sont équipés d'un moteur diesel Lorraine-Barbaroux de 6 cylindre en ligne de 150 CV.

Autorail Lorraine (coll L.Fournier)


1937: les autorails Corpet Louvet

Si la société Corpet Louvet est connue pour ses locomoives à vapeur, elle a aussi construit quelques autorails. Le réseau de l'Etat en avait deux, similaires aux autorails des chemins de fer Danois. Ils étaient équipés de deux moteurs diesels de type Frichs 6185 CA de six cylindre en ligne et d'une puissance maximum de 275cv. Ils pouvaient remorquer deux voitures courantes, portant la capacité du train à 450 personnes.

Immatriculés Y25001 & Y25002, ils auraient été affectés au dépot de Rennes sur les relations Rennes-Saint malo, rennes - La Brohinière, Rennes -Quimper.


1937: les autorails Decauville

Decauville est surtout connu pour ses locomotives à voie étroite, les wagonnets et la voie transportable. Mais Decauville était aussi un fabricant de cycles et d'automobiles. Rien d'étonnant donc à ce qu'il s'intéresse aux autorails.

Deux autorails à bogies sont livrés à l'Etat en 1937, équipés de deux moteurs de 150CV. Dérivées des autorails ZZ13 et 14 livrés au réseau Nord en 1933, le matériel Etat se distingue par des extrémités aérodynamiques. D'une longueur hors tout de 23,65m, l'autorail comprend 56 places en classe unique.

 

Autorail Decauville Etat

Ce matériel immatriculé ZZ 25101 et 25102, sera engagé sur les lignes d'Epone et de Dreux au départ de Versailles.

Immatriculé ZZy 25101 et 25102, puis ZZ DC 1101 & 1102, les autorails seront affectés après 1938 au dépot de Besançon, avant d'être vendus à la Société Métallurgique de Normandie pour le transport du personnel entre Colombelles en banlieue de Caen et le site minier situé à Saumont.


Notes:  
Somua livrera également 11 autorails au PLM, immatriculés ZZ 1 & à 11. Ils étaient contitués de deux élements articulés. Le premier comportait le moteur et le compartiment à bagages, la partie remorque étant réservé aux voyageurs.  
De Dietrich a également livré du matériel aux réseaux du PLM, de l'AL, de l'Est et en Afrique.