Les automotrices à vapeur

Mise à jour 20 mai 2008 µ

 

Le réseau de l'etat va chercher des solutions pour réduire les frais d'exploitations de ses lignes à faible trafic. Il imagine dès 1880 de motoriser ses voitures à voyageurs..


1880: les voitures à vapeur

C'est dès 1880 que le réseau de l'Etat imagine de motoriser des voitures à impériales type vendée. Deux voitures à vapeur seront ainsi construites et numérotées 1 & 2.

Automotrice de 1880 (dessin L.M.Vilain)

 

La voiture 1 sera affectée à Chartres et assurera le trafic sur la ligne Chartres à Anneau. La voiture 2 sera affectée à Saintes et assurera le trafic sur les lignes de Saintes à Cavignac, Cavignac Coutras, Saintes à La Roche sur Yon.

Ces deux prototypes seront retirés du service en 1890 et 1891, en raison de leur faible capacité de traction et d'un entretien jugé couteux.

D'une certaine manière, ces deux véhicules constituent les ancêtres des autorails, puisqu'aucun réseau n'avait eu cette idée jusqu'alors.


1904: Les automotrices Purrey 0101 et 0102

En 1904, le réseau de l'Etat passe commande de deux automotrices à vapeur à la société Purrey. Ces automotrices étaient portées sur un chassis à deux essieux dont un moteur entrainé par chaine.

Automotrice à vapeur Purrey 0102

 

Derrière une cabine de conduite abritant une chaudière à vaporisation rapide se trouvait un compartiment à bagages puis le compartiment voyageurs de 8 places assises en seconde classe et 16 places assises en troisième classe. L'accès des voyageurs s'effectuait sur une plateforme arrière.

La longueur totale des automotrices était de 12.50m, la caisse mesurant 7.30m.

 

 

Automotrice Purrey en gare de La Taye dans l'Eure et Loir (coll JPVL)

Les véhicules ont été immatriculés 11.001 et 11.002 en 1909.


pour en savoir plus:

Le matériel moteur de l'Etat, par L.M.Vilain