Les automotrices à essence

Mise à jour 7 janvier 2007 µ

 

Après avoir essayé les automotrices à vapeur, l'Etat se lance en 1921 dans l'aventure des automotrices à essence.


1921: Les premiers essais

En 1921, le réseau de l'Etat passe commande à la société Schneider pour la transformation en automotrice d'une voiture de type B4 à deux essieux;

La société Schneider testera tout d'abord un chassis d'autobus entre Epone-Mézières et Plaisir-Grignon d'octobre à novembre 1921. Ce véhicule, très semblable aux bus parisiens de l'époque, a été équipé de roues à boudin, la direction est fixe, et la partie voyageur adaptée à un accès latéral. Son moteur de 30cv lui permet d'atteindre la vitesse maximum de 35km/h..

L'ancètre des autorails Etat: un autobus Schneider modifié.

 

Cet engin a également été testé sur la ligne du Chemin de fer de Grande banlieue (CGB) entre Versailles et Grignon.


1922: l'automotrice TA1 puis ZZB2 Ef 23901

En 1922, l'Etat réceptionne l'automotrice TA1 commandée en 1921 à Schneider. Le véhicule a été construit par Somua, filliale de Schneider, sur la base de la voiture Bx 1488, construite par Buire en 1884. Il a deux essieux à faible empattement de 3,75m qui peut être tourné sur les plaques de wagons des gares. Un des compartiments a été supprimé pour recevoir un compartiment à bagages intégrant un poste de conduite. L'extrémité du véhicule permet de loger le moteur. Les deux compartiments voyageurs comportent 16 places.

L'engin est tout d'abord essayé sur la même ligne Epone Plaisir, puis est envoyé à Sainte Gauburge pour être essayé en service commercial entre Sainte Gauburge et Mortagne. Pour améliorer la capacité, l'automotrice remorque une voiture de type C6.

Le Schneider/Somua TA1

 

Ces essais s'avèrent satisfaisant, aussi l'Etat décide de mettre en service 10 unités supplémentaires.


1924: Les automotrices 23901 à 23911

Directement dérivées du prototype, les 10 unités supplémentaires comportent 20 places et recoivent un moteur plus puissant. Elles seront réalisées par Schneider, sur la base des voitures Cx 2955, 2992, 3013, 3019, 3062, 3065, 3102, 3107, 3114 et 3157.

 

Elles seront affectées à Sainte Gauburge, Lisieux, Dinan, Fougères et permettront à l'Etat de se faire une idée de service possible avec ce type de matériel, préfigurant ce que seront plus tard les autorails.

Le prototype ZZB2Ef 23901 a été conservé au musée de Mulhouse.

 


pour en savoir plus:

Le matériel moteur de l'Etat, par L.M.Vilain