La gare de la Madeleine

Mise à jour le 27 sept 2014 µ

 

Si l'on connait bien l'actuelle gare Saint Lazare, on ignore souvent que le terminus de l'ancienne ligne de Paris à Saint Germain aurait du se situer bien plus à l'intérieur de Paris, au terminus de la rue Tronchet dans la "gare de la Madeleine".


C'est donc bien plus à l'intérieur de Paris que devait se trouver le terminus de la ligne de Saint Germain. La place de la Madeleine, en effet, était un lieu de passage très fréquenté, notamment en raison de la présence des stations d'omnibus, et etait en communication avec les grands axes de l'époque dont la rue du faubourg saint Honoré, le boulevard de la Madeleine.

Voici comment est décrit le projet de la ligne de St Germain en 1836:

"Le chemin de fer concédé par une loi du 9 juillet 1835 a un développement de 18 200 metres environ. Le tracé commence dans Paris, par une gare de 500 metres de long destinée au service des voyageurs. Cette gare a son origine à un beau batiment faisant l'angle de la rue Tronchet et la place de la Madeleine, à coté du marché neuf de la Madeleine.

 

Façade de la gare (source Le magasin Pittoresque / gallica)

 

Le chemin de fer est parallèle à la rue Tronchet et au marché. Il passe dans la rue Castellane à 50 mètres du trottoir de la rue Tronchet, et se dirige vers la rue Neuve des Mathurins, qu'il traverse à coté de la grande maison qui forme l'angle de cette rue et de la rue Tronchet. De l'autre coté de la rue, le chemin occupe l'espace aujourd'hui couvert par un hôtel portant , sur cette rue, le numéro 66; il arrive à la rue St Nicolas, il rencontre une maison de peu d'importance, et arrive à la rue Saint Lazare, en traversant les chantiers, portant sur la rue Saint lazare le n°99. De l'autre coté de la rue, il occupe le terrain de la maison n°128, traverse l'impasse Bony dans la partie parallèle à la rue Saint lazare et le terrain occupé par des hangars, portant les n°11 et 18. Sur tout ce développement, le chemn de fer est à 20 pieds au dessus du niveau du sol. il est établi sur des arcades; les traversées des rues s'opérent au moyen de ponts légers et hardis en fonte et à jour, qui formeront pour toutes ces rues une remarquable décoration. Au dessous du viaduc formé par ces arcades, des voutes d'arret permettront de donner passage à des voitures de toute espèce, afin que les voyageurs puissent , en descendant du chemin de fer, monter à couvert dans leurs équipages ou dans des omnibus qui communiqueront avec tous les points de Paris."

 

 

Situation du projet de gare de la madeleine (source le magasin Pittoresque / Gallica)

"Après avoir traversé l'impasse Bony et une propriété adjacente, le chemin entre en souterrain sur une longueur de 98metres; ce souterrain se termine après la traversée de la rue de Stockholm. Entre cette rue et la place de l'Europe, une vaste tranchée est pratiquée dans le double but: 1° d'assurer une place suffisante pour la mise en feu des machines locomotives et leur stationnement ainsi que celui des voitures; 2° de constituer un large quai où s'arreteront les marchandises venant de Saint Germain; une rampe d'accès est ouverte jusqu'à la place de Tivoli pour l'écoulement des marchandises dans Paris "

On voit donc que le projet prévoyait un terminus situé plus en amont dans Paris, avec des voies situées en remblais et traversant des immeubles par l'intermédiaire d'arches de fonte.

Ce projet va lever des prostestations des riverains, et finalement c'est la tranchée située entre la rue de Stockholm et la place de l'Europe qui servira d'embarcadère provisoire, avant les modifications progressives qui conduiront à l'actuelle gare Saint lazare.

Notons cependant que ce projet, prévu au départ pour transporter 39000 voyageurs par jour, n'aurait surement pas suffit très longtemps..


sources:

les grandes gares parisiennes du XIXeme siecle, par K.Bowie.

Le magasin Pittoresque 1836