Paris Chartres par Gallardon: La ligne inachevée

Mise à jour 30 août 2014 µ

 

En 1886, le réseau de l'Etat a relié ses deux ensembles de lignes: la ligne de Chartres à Brou est prolongée vers Courtalain en 1883, Courtalain à St Calais en 1885, Chateau du Loir à Saumur en 1886. La ligne St Jean d'Angely à Thouars via Niort a été réalisée en 1881.

 

L'Etat peut désormais créer sa ligne vers Bordeaux. Seuls deux points noirs subsistent: l'entrée dans Bordeaux, qui sera rendue possible en passant un accord avec le PO pour emprunter ses voies entre Coutras et Bordeaux, et l'accès à Paris. Les études menées en 1881 et 1885 ayant montré le cout exorbitant d'une gare Etat à Paris, le réseau passe un accord en 1886 avec la Compagnie de l'Ouest pour utiliser la ligne de Paris à Chartres, au départ de la gare Montparnasse.

 

Train Etat Paris Bordeaux au départ de Paris Montparnasse .

 


Dès lors, le réseau de l'Etat abandonne l'idée de construire une gare dans Paris.

Mais en 1889, l'autorité militaire demande à ce que la ligne de Sceaux ne reste pas en impasse. Elle demande le prolongement de la ligne PO vers Limours et son raccordement à Dourdan.

Le réseau de l'Etat propose en 1893 un projet à partir de la gare Montparnasse, passant par Limours et rejoingnant Dourdan via St Arnoult et Ablis. les choses trainent en longueur jusqu'en 1903 ou le projet légerement modifié est approuvé.


Le projet ayant été accepté, les travaux d'études sont répartis en deux sections: Chartres à St Arnoult et St Arnoult Paris. Pas tout de suite, il faut faire les enquetes d'emplacement des stations, puis procéder aux expropriations, ce qui sera terminé en 1905. Les travaux commencent en 1907, avec la construction des premiers ouvrages d'art de Saint Arnoult, Gourville, Bleury, Oisième Chartres.

Construction du viaduc de St Arnoult (coll privée)

Les travaux de terrassements sont importants, car la ligne est conçue sans passage à niveau. Le chantier est très mécanisé: pelles mécaniques à vapeur, exclavatrices seront largement employées lors de la construction de ce qui est appelé à l'époque "la ligne la plus moderne d'Europe".

(coll part.)

(coll part.)

(coll part.)

(coll part.)

(coll part.)

Chantier sur le futur emplacement de la gare d'Orsay (coll part.)

Entre St Arnoult et Paris, les choses trainent en longueur, et le tracé n'est figé qu'en janvier 1910. Pendant ce temps, le réseau de l'Etat a absorbé la compagnie de l'Ouest, et il dispose maintenant de trois gares à Paris: la gare Montparnasse, la gare St Lazare et depuis 1902 la gare des Invalides.

Suite au rachat de l'Ouest apparait la nécessité de remplacer le dépot de Vaugirard par un dépot plus grand . Le réseau de l'Etat est conduit à projeter un dépot à Montrouge Chatillon, situé le long de la future ligne vers St Arnoult. dans une zone alors moins urbanisée.

(coll part.)

En 1913, alors que la section de Vanves n'est toujours pas commencée, l'on pose une double voie entre Chartres et St Arnoult.

1914: le conflit stoppe les travaux de construction, à l'exception du dépot de Montrouge. L'autorité militaire fait déposer une des deux voies entre Chartres et St Arnoult. Elle ne sera jamais reposée. En 1922, la voie est prolongée jusqu'a Limours. En 1929, le réseau de l'Etat propose de considerer le tronçon Paris Orsay Etat comme une ligne urbaine. On poursuit alors les travaux d'Orsay à Massy Palaiseau, espérant que le Métropolitain prolonge la ligne Nord Sud et prenne à sa charge les travaux entre Massy et Paris.

Mais le Métropolitain ne s'interesse pas alors à la ligne de Massy. Il préfére moderniser la ligne de Sceaux, et ne s'y interessera à la ligne de massy qu'en 1979!! Aussi en 1931, les travaux sont poursuivis jusqu'à Chatenay, soit deux kilometres avant le dépot de Montrouge..


Chartres

Viaduc des Grands Prés à la sortie de Chartres


Champhol


Oisème

 


Coltainville

 


Champseru - Senainville

 


Gallardon Pont

(coll part.)

(coll part.)


St Symphorien - Bleury

 


Ablis

 


Ponthevrard

 


Saint Arnould en Yvelines

 


Rochefort en Yvelines

 


Bonnelles-Bullion

 


Limours Etat

(viaduc en maçonnerie de Limours)

La ligne Etat passait au dessus des voies du PO

(coll part.)


Gometz

(viaduc des fauvettes)


Orsay Etat

 

(coll part.)

 


Villebon Etat

 


Massy Palaiseau Etat

 


La ligne est mise en service entre Chartres à Massy en mai 1930. Trois omnibus journaliers circulent dans chaque sens. Les trains sont principalement formés de 131T série 32-500, futures 131TA et de voitures prussiennes à 3 essieux.

En 1931, la ligne peu fréquentée sert de terrain d'essais au matériel sur pneus de la société Michelin, qui y testera ses prototypes 5, 6 , 7 et 9

Autorail Michelin testé sur la ligne de Gallardon

Les trains voyageurs sont supprimés en 1939 avec l'entrée en guerre, et 3 viaducs sont détruits en 1944, rendant impossible l'exploitation voyageurs.


Après le conflit, la voie entre Gallardon et Massy sera déposée en 1945. Le viaduc de Oisième sera partiellement reconstruit pour permettre le passage d'une voie entre Chartres et Gallardon.Cette voie ne sera plus utilisée que pour les trains marchandises. Seul un train spécial emmené par la 230G353 circulera entre Chartres et Gallardon le 12 juin 1982 à l'occasion de la rénovation de la gare de Chartres

En 1965, la section entre Gometz et Limours sera utilisée par la société Jean Bertin pour les essais de l'Aerotrain. Les trois prototypes - 01 à hélice, 02 à reacteur et enfin S44 à moteur linéaire - seront essayés sur les rails en T. A partir de 1974, la société utilisera une nouvelle piste d'essai plus longue dans la région d'Orleans.

Le tronçon de Paris Montparnasse à Massy sera finalement utilisé pour le prolongement de la ligne de métro °13.

En 1982, la SNCF qui étudie la ligne TGV Atlantique doit construire une ligne nouvelle entre Paris Montparnasse et Chartres. Les terrains de l'ancienne ligne lui appartiennent et dès 1989, le TGV effectue ses premiers tours de roues. Une grande partie de la ligne est construite en souterrain pour réduire le niveau sonore.

La ligne est enfin devenue la ligne la plus moderne d'Europe..

 


Pour en savoir plus:

Les lignes inachevées du réseau français, Paris à Chartres par Gallardon, P.Valette, revue "Connaissance du Rail" mai juin 1980

Paris Ferroviaire, par C.Lamming, ed Parigramme

"Paris à Chartres par Gallardon", par P.Rieder pour la Société Historique et Archéologique de St Arnoult-en-Yvelines, Editions de la Tour Gile, ISBN: 2-87802-410-9: à lire absolument