Les compagnies primitives de l'Ouest 1837-1855:

 

  

Le Paris Saint Germain

 Mise à jour 8 fevrier2013 µ

 

Le chemin de fer de Paris à Saint Germain est la première ligne construite en région parisienne, sous l'impulsion d'Emile Pereire.

Le projet conçu par les ingénieurs Lamé, Clapeyron et les frères Flachat sera présenté fin 1832. La volonté politique de se lancer dans l'aventure du chemin de fer et le soutien des banquiers permettra de creer la compagnie de Paris à Saint Germain.

Le choix de l'emplacement de la gare parisienne se portera sur le nord ouest qui permettait de créer des embranchements vers d'autres lignes alors en cours d'études.

La ligne initiale a son terminus au Pecq.

La ligne est inaugurée le 24 aout 1837, en présence de la reine Marie-Amélie.

L'ouverture au public a lieu le 26 aout, et la ligne qui suscite la curiosité des parisiens connait un rapide succès avec 500 000 voyageurs en 1837.

La ligne est prolongée vers Saint Germain. Les travaux débutent en avril 1845. La ligne est inaugurée le 14 avril 1847. A l'origine la traction sur ce tronçon est assurée à l'aide d'un dispositif dit "atmosphérique": un tube fendu dans lequel coulisse un piston assure la traction des rames jusqu'au terminus. Le retour des rames est assuré par la gravité.

Ce procédé particulèrement dangereux sera abandonné lors de l'arrivé de machines plus puissantes en 1849.

 


Le matériel moteur:

Les premières machines sont construites selon le brevet de Stephenson par les nombreux constructeurs de l'époque. Il s'agit au départ de machines importées d'Angleterre du type Planet Engine, qui regroupe à la fois le type 110 et les premières machines à deux essieux couplés de type 020.

Le Paris Saint Germain possédait six machines de type 110:

- Jackson, Denis-Papin, fabriquées par Fenton

- Bury, Paris, la Seine, Aigle et construites par Bury en 1836.

Machine à deux essieux de Bury de 1836 (coll R.Arzul)

Les machines de Fenton seront transformées en 111 en 1844, conséquence de l'accident de Meudon sur le Versailles RG.

Les autres machines seront reconstruites en type 111T en 1852.

Lorsque les machines de type Planet arrivent sur le Paris Saint Germain, ce modèle est déja dépassé et remplacé par le type 111. Le chemin de fer de Paris à Saint Germain commande donc à l'industrie anglaise ce type de machines qui sera copié par les premiers constructeurs français qui se lancent dans ce nouveau marché plein d'avenir. En raison des licences nécessaires à leur construction, ces locomotives seront désignées sous le surnom de "Patentee"

Les premières Patentee sont:

 

Patentee "Tayleur" de 1836

 

En 1849, la compagnie construit dans ses ateliers des Batignolles deux nouvelles locomotives "Hercule" de type 030 et "Antée" de type 031. Ces locomotives bien plus puissantes permettront de scinder les rames devant monter à Saint Germain.

La locomotive "Antée" du Paris Saint Germain

Certaines machines de la compagnie de Versailles Rive Droite sont venues renforcer le parc vers 1852 : la "France", "Gironde", "L'Atalante", "Eclair", "la Flêche", "Le Creusot".

En 1854, les 120T étudiées par Flachat "Auteuil", "Passy", "Boulogne", "les Ternes", "Courcelles", et "Batignolles" arrivent sur le Paris Saint Germain

Elles seront renumérotées Ouest 85 à 90 et reconstruites en 1862.

"Paris" et "Eole" avaient déjà disparues en 1840. "Vautour" est revendue au Bordeaux La Teste comme n° 13 en 1844. "La Gironde" est reconstruite en 120 T par Gouin en 1850. Vendue le 22/12/1854 au Bordeaux La Teste comme n° 16. Renumérotée Midi 299 le 4/04/1857. Vendue à l'entrepreneur Durandeau en 1860. Revendue aux ponts et chaussées des Pyrénées-Atlantiques pour le chemin de fer de Socoa en 1869. "L'Atalante" vendue au Midi comme n° T 4 le 21/11/1857.

 


Voitures voyageurs

Premier chemin de fer à transporter des voyageurs, le Paris Saint Germain s'était doté d'un matériel ressemblant très fortement au matériel routier de l'époque. On retrouvait sur les voitures voyageurs des caractéristiques de construction communes aux diligences de l'époque: faces galbées, sièges serre frein.

 

 

Le parc sera constitué à l'origine de 7 "berlines"de première classe type A3 de 24 places.

voitures immatriculées 231 à 262 en 1855

Voiture de première classe du Paris Saint Germain

voitures immatriculées 16 à 18 en 1855

Voiture mixte 1ere/2eme classe du Paris Saint Germain (coll JPVL)

Le parc comportait 28 voitures de seconde classe.

Certaines voitures de type B3 étaient fermées, et comportaient 30 places à l'intérieur et 6 places découvertes en toiture, selon une disposition courante sur les omnibus de l'époque.

 

 

 

Voiture type B4 du Paris Saint Germain ( coll R.Arzul)

 

Le reste du parc était composé de voitures de type B4 à 40 places, et impériale à 28 places. La présence du frein sur certaines voitures avait amené à créer un petit local qui occupait deux places, ramenant alors la capacité de l'impériale à 26 places.

 

Ces voitures à impériale ouverte préfigurent le matériel de banlieue qui sera mis ultérieurement en service par la compagnie de l'Ouest.

Voiture de 2ème à impériale à 40/28places (coll JPVL)

Voiture de 2eme à impériale et frein de 40/26places (coll JPVL)

Le plus gros du parc était constitué de 70 voitures de troisième classe, similaires aux voitures de seconde mais entierement découvertes et n'offrant que des places debout..  
On trouvait aussi des voitures fourgon

Voiture fourgon du PSG (coll RArzul)

Ce matériel sera rapidement completé et l'on compte 205 véhicules fin 1839.

 

 


Reproduction en modelisme

Ces machines n'ont pas été reproduites en modélisme, mais sont similaires aux 111 Buddicom reproduites par Keyser.

 


Pour en savoir plus:

La machine Locomotive en France, B.Escudié et JM.Combe, editions CNRS, IBSN 2-7297-0339-X

Diagramme couverture Scrapbook n°26;111 de Tayleur pour le chemin de fer de Saint-Germain

L'évolution du matériel moteur et roulant de l'Etat; L.M.Vilain; éditions Vincent Fréal et Cie; 1967.

Remerciements particuliers à JP.Vergez

note: la voiture préservée à l'AJECTA de première classe dite "de Saint Germain" est en fait une transformation de voiture Ouest A3 plus récente. Cela n'enlève rien à l'intéret de la préservation de ce matériel.